Interventions en cours...
STADE GABRIEL MONTPIED Rénovation des terrasses accessibles ( 2300 m² ) du Stade Gabriel Montpied de Clermont Ferrand avec isolation en verre cellulaire épaisseur 140 mm et dalles posées sur plots
 
Etat d'avancement du chantier :
45%
 
 
GROUPE LA GLACIERE Rénovation de 1200 m² de toitures terrasses du groupe LA GLACIERE pour Auvergne Habitat avec du verre cellulaire collé au bitume à chaud et étanchéité bicouche renforcée autoprotégée
 
Etat d'avancement du chantier :
80%
 
 
UNIVERSITE D'AUVERGNE Réfection complète de l'étanchéité et de l'isolation thermique du bâtiment Paul COLLOMP à Clermont Ferrand. surface 800 m²
 
Etat d'avancement du chantier :
90%
 
 
CROQUIS DETAIL EN 3D Étude technique du système d'étanchéité en rénovation sur une toiture terrasse avec édicule avec un logiciel de DAO
 
 
RESIDENCE ARVERNE Traitement de 2000 m² de balcon avec un procédé résine et une protection par carrelage collé pour SQUARE HABITAT (63)
 
Etat d'avancement du chantier :
10%
 
 
TERRASSE ACCESSIBLE PRIVEE Rénovation de l'étanchéité d'une terrasse accessible avec des dalles en IPE rectangulaire de 100*500 posées sur des plots réglables
 
Etat d'avancement du chantier :
80%
 
 
Site grand public Equation
     
Site grand public Equation
"Je veux inventer un nouveau concept, en créant un environnement favorable, pour attirer les grandes entreprises, les riches touristes et les Français à la Défense, au nord-ouest de Paris",
souligne le PDG d’Hermitage pour défendre son projet de tours mixtes, sur le modèle nord-américain, qui n’a jamais connu de succès en France.

M. Iskenderov, actionnaire minoritaire d’Hermitage, se dit "certain" d’obtenir avant la fin de l’année 2010 un financement bancaire de 700 millions d’euros de la part de trois banques ouest-européennes, qui ne sont pas françaises, pour boucler son financement. "Nous avons déjà dépensé sur nos fonds propres 150 millions d’euros en acquisitions foncières et en études et il est prévu d’apporter 150 ou 200 autres millions en fonds propres l’été prochain", indique le PDG. Le solde devrait être obtenu par la vente des bureaux et des 540 appartements de luxe (avec un prix moyen d’environ 12.000 euros/m2 pour un prix moyen de près de 7 000 euros/m2 dans Paris intra-muros), la vente de ces derniers ne devant toutefois débuter qu’après le début de la construction des tours.Par contre Hermitage entend garder en propriété le centre commercial et l’hôtel, un "palace" qui devrait être géré par un des cinq groupes mondiaux, et créer une société commune avec un groupe spécialisé pour gérer la gestion de cet ensemble.Celui-ci comprendra également notamment une salle de concert de 1.300 places, une galerie d’art, des salles de sport, des centres de balnéothérapie et bordera un parc de près de 2 hectares qui ira jusqu’aux bords de Seine.

Reste la question - conflictuelle - du relogement de tous les habitants des immeubles d’habitation présents sur le site, propriété de Logis Transport (filiale de la RATP). M. Iskenderov a assuré qu’il serait terminé "avant février et l’obtention du permis de construire", au besoin par des transactions financières avec la "vingtaine de familles" qui refusent de quitter les lieux. Les tours Hermitage font partie du "plan de relance" de La Défense, décidé en 2006, qui prévoyait la création de 450.000 m 2 de bureaux supplémentaires et 100.000 m 2 de logements d’ici 2015, en démolissant cinq tours existantes pour les reconstruire nettement plus hautes, en plus des sept nouvelles tours prévues.
Source AFP/Bâtirama.com
Précédent